Portrait morphopsychologique de Mata Hari

Portrait morphopsychologique de Mata Hari

Mon défi : portrait n°3

Aujourd’hui, dans le cadre de mon défi je vous propose le portrait morphopsychologique de la célèbre danseuse, Mata Hari.

Une petite check-list pour vérifier si je suis dans les clous :

  • Mata Hari appartient au passé – Ok
  • a marqué son époque – Ok – 1ère danseuse exotique
  • continue de marquer l’époque actuelle – Ok – grand procès de l’histoire
  • représente un symbole – Ok – la femme mystérieuse
  • célèbre dans le monde entier – Ok

Pour rappel , un portrait morphopsychologique permet de comprendre un parcours de vie et ce qui a motivé une destinée.

Courte biographie

Mata Hari, née Margaretha Zelle voit le jour au Pays Bas en 1876 dans une famille bourgeoise.
Après un revers de fortune et le divorce des parents, le père abandonne la famille et la mère décède. Margaretha a alors 14 ans.

Très jeune elle épouse un officier des Indes Néerlandaises. Il s’avère être un mari possessif et violent. Elle l’accompagne lors de ses missions aux Colonies.

De cette union naissent deux enfants à un an d’intervalle : un garçon et une fille. Son fils meurt à l’âge de 2 ans empoisonné dans d’étranges circonstances.
Après sa mort les époux se déchirent. Le mari quitte le domicile et Margaretha demande le divorce. Elle obtient la garde de sa fille, mais ne la reverra jamais.

C’est à Paris que Margaretha cherche sa voie. Elle crée un personnage de légende : la danseuse indienne Mata Hari.

Subjuguant le tout Paris autant par ses danses exotiques que par ses strip teases, elle connaît une courte gloire internationale. Cette gloire est en effet éphémère car la déclaration de guerre vient jeter le trouble dans bien des existences.

Suspectée d’espionnage Mata Hari est condamnée à mort et exécutée le 15 octobre 1917.

Innocente ou coupable, le mystère reste entier.

Le portrait que je vous propose n’est pas destiné à répondre à cette question. Il va vous permettre de saisir la personnalité de Mata Hari et de comprendre ce qui a motivé ses actions.

Tendances comportementales et psychologiques

Quand je regarde le visage de Mata Hari, ce qui attire mon attention, c’est la douceur et la délicatesse qui en émane. Cette douceur s’objective par l’arrondi de la mâchoire qui forme un arc de cercle régulier et par le contour du visage tout en courbes douces. 

La personnalité de Mata Hari est complexe. C'est une femme d'action sur un fond de douceur

Mata Hari est quelqu’un qui “arrondit les angles” et gère les situations à la manière douce, pour éviter le recours à la force.

La délicatesse de ses traits se marque dans la structure assez fine des récepteurs sensoriels  (yeux, nez et bouche) et des zones voisines (paupières, ailes narinaires).

Cette particularité introduit la notion de qualité dans ses échanges avec l’extérieur, puisque la finesse c’est de la rétraction.
Or, les récepteurs sensoriels sont à la fois finsouverts et de bonne taille.
L’ouverture et la grandeur : c’est de la dilatation.

Il y a là antagonisme car dans les échanges, Mata Hari recherche à la fois la quantité et la qualité, ce qui est source de conflit intérieur.

La personnalité de Mata Hari est complexe

Cette première constatation donne le ton : la personnalité de Mata Hari est complexe. D’ailleurs certaines caractéristiques morphologiques sont plus ou moins marquées selon les périodes.

En effet, au cours de sa courte existence, le visage de Mata Hari a beaucoup changé. Ces modifications sont assez nettes et semblent correspondre à trois grandes périodes de sa vie.

portrait de Mata Hari - visage empreint de douceur

Je situe la première période entre 20 et 30 ans, c’est-à-dire entre son mariage et le début de sa carrière de danseuse.

La seconde correspond à la période de gloire que je situe entre 30 et 38 ans (au début de la première guerre mondiale).

La dernière période de 38 ans à son exécution à l’âge de 41 ans, durant laquelle elle semble perdre le contrôle de sa vie.

Le visage de Mata Hari est un peu allongé sans être dépourvu de largeur ce qui fait d’elle une femme d’action sur un fond de douceur.
Cet allongement va jouer le rôle de modérateur du tempérament ardent et passionné de Mata Hari (pommettes saillante, creux joues et tempes).
Il atténue un peu son impulsivité qu’indique le nez qui pointe en avant.

Elle obéit à son premier élan

Mata Hari est une extravertie contrôlée. C’est-à-dire que sont présents, dans son visage, des éléments qui vont freiner ses élans vers l’extérieur.
Il y a d’abord la dilatation, mais également l’abritement des récepteurs qui  apparaît progressivement. Ainsi elle a une tendance moindre à céder à tous les appels de l’extérieur.

Ce “dispositif de contrôle” est un élément qualitatif qui vient enrichir la personnalité.
La volonté d’action est mieux dirigée et Mata Hari prend un peu plus de recul par rapport aux situations.

En revanche, la maîtrise de soi dépend tout de même largement des conditions de l’environnement.

NB : pour bien comprendre comment se modère une tendance, il faut savoir qu’elle n’est pas “annulée” par l’élément qui la compense.
Parfois elle se manifeste sans retenue, et parfois la compensation agit pour la modérer.
Il arrive également que l’impulsion domine pendant une période de vie, puis à la maturité c’est la compensation qui prend le relais.  

Femme d’action et de terrain

Mata Hari dispose d’une bonne réserve d’énergie vitale dans laquelle elle puise abondamment.
Solide, puissante et active elle est bien ancrée dans la vie matérielle et pratique.
C’est quelqu’un de concret qui a besoin de voir les résultats tangibles de ce qu’elle entreprend.
Elle a l’esprit d’entreprise et le sens du commerce.

Sa volonté d’action est grande : Mata Hari est déterminée, courageuse et persévérante. Elle peut soutenir des efforts puissants mais pas d’actions de longue haleine, ce qui ne l’empêche pas d’être persévérante.

C’est une femme d’action et de terrain qui apprend grâce aux résultats de l’expérience.
Elle sait s’adapter facilement à toutes les situations : quelles que soient les circonstances, elle sait rebondir. 

Le portrait de Mata Hari montre qu'elle sait s'adapter à toutes les situations

Besoin de présence humaine

Elle n’aime pas la solitude car elle a fondamentalement besoin d’être avec les autres, de se sentir reconnue et entourée.
Très ouverte au monde qui l’entoure et d’un caractère souple, ses échanges avec l’extérieur sont abondants et faciles. 

Mata Hari a de grandes capacités sociales d’adaptation et d’importants besoins de contacts humains. Elle est généreuse, aime rendre service et faire plaisir. Elle a les conflits en horreur, et use facilement de diplomatie, de souplesse et d’opportunisme pour arriver à ses fins.

Cependant, elle peut parfois, être sujette à des élans de colère explosifs. Ces « colères rouges » sont passagères et ne laissent, en principe, pas de place à la rancune.

Son besoin d’être reconnue peut l’amener, parfois, à céder aux sollicitations de l’extérieur.

Pour ne pas être rejetée, elle cherche à plaire : qui peut la rendre vulnérable.

Elle s’imprègne de tout ce qui l’entoure

Toute l’attention de Mata Hari se porte au monde extérieur, aux personnes, aux faits et aux événements du quotidien.
Bien insérée dans le présent, elle suit la mode, l’actualité et les grands courants.
Son activité est pragmatique ; elle oeuvre dans l’intérêt immédiat.

Elle assimile passivement et s’imprègne sans effort de tout ce qui l’entoure. Cette grande réceptivité et sa douceur instinctive la rendent perméable au joies et aux peines des autres (ouverture des récepteurs).

Entre 20 et 30 ans elle fusionne sans résistance avec l’environnement.  Cette perméabilité appelle une réponse immédiate de sa part qui est dénuée de tout sens critique.

le contour du visage de Mata Hari est tout en courbes douces. Aucun angle n'est marqué

A cette influençabilité s’ajoute un manque de combativité qu’objective l’arrondi de la mâchoire enrobée de chairs tendres.

Le contour du visage est tout en courbe douce et aucun angle n’est marqué.
Malgré sa fougue impulsive, l’énergie personnelle lui fait défaut pour s’imposer à l’entourage.
Ainsi, mariée à l’âge de 19 ans à un mari possessif et violent, elle subit les humiliations. Pourtant, elle le suit aux Colonies où il est affecté : elle se laisse “porter par les flots”.

Les heurts de la vie lui apprennent à se fermer à tout ce qui menace ses intérêts dominants.

Elle prend son destin en main

Ainsi dès son arrivée à Paris et ses débuts de danseuse, on peut voir que sa mâchoire s’affine et a perdu son arrondi régulier et moelleux .
Le menton est davantage en pointe que rond, les yeux s’abritent dans l’orbite et les narines se protègent.
Le contour du visage est plus ondulé mais reste sans heurts.

Le contour du visage de Mata Hari est plus ondulé, mais reste sans heurt

La perméabilité est alors moindre, elle sait faire preuve d’une plus grande maîtrise de ses impulsions.

La structure de la bouche (moins tendre et les lèvres bien pressées l’une contre l’autre) signe l’apparition de la sélectivité, d’une certaine retenue et d’une prise de recul.

Elle choisit dans le milieu et ne se laisse plus pénétrer sans réserve. L’impulsivité est plus modérée et elle ne cède plus systématiquement à toutes les invitations à l’action.

Son caractère s’affermit : il y a chez Mata Hari davantage de passion et d’ardeur combative

A partir ce cette période,
c’est elle qui mène le bateau à la destination qu’elle a choisie.

Le caractère de Mata  Hari s'affermit son visage est marqué de passion et d'ardeur combative

Un irrépressible besoin de liberté

Assez conformiste, Mata Hari est attachée aux traditions, aux valeurs de la famille et du terroir. Ainsi elle a cherché de bonne heure à se marier, pour fonder un foyer avec un compagnon qu’elle voulait protecteur.

Pourtant, le cadre familial lui semble étroit. Tiraillée entre deux tendances contraires, elle ressent de la frustration, un désir d’y échapper, de fuir.

Au plus profond d’elle-même, Mata Hari est animée d’un irrépressible  besoin de liberté et d’indépendance, qu’elle trouve dans la danse, dans la vie mondaine et dans le milieu artistique. 
Elle rêve « d’ailleurs » de grands espaces et d’aventures.

Ses propos sont éloquents :

L’officier est à mes yeux un être supérieur, un homme qui vit en pleine épopée, toujours prêt pour toutes les aventures et tous les périls”.

Mata Hari

La  vitesse, le mouvement, les voyages la grisent alors qu’elle déteste la sédentarité et l’attente. 

Elle va de l’avant, elle a le goût de l’aventure, elle aime relever des défis,  être la première.
Débrouillarde et astucieuse, elle a le sens de l’improvisation, ce qui lui permet de se sortir de la plupart des situations.

Son besoin de reconnaissance et son envie de plaire, la rendent prisonnière du regard de l’autre, ce qui est en contradiction avec sa soif d’indépendance.

Elle a le sens de l’amitié et de la solidarité.

Elle obéit à son premier élan

Mata Hari est spontanée et obéit à son premier mouvement car elle fait confiance à son instinct.

L’élan dynamique qui la pousse vers la liberté, la nouveauté et l’aventure souffle tout sur son passage.
Elle dit d’elle-même :

Toute ma vie j’ai été une spontanée. Je n’ai jamais marché petit. Je vois de grands buts et j’y vais droit.”

Mata Hari

Pour atteindre ces objectifs, elle s’impose des règles rigoureuses et ne se laisse pas distraire. Son manque de patience et ses prises d’initiative à “l’emporte pièce” jouent contre elle.

Obnubilée par le but qu’elle s’est fixé, elle prend parfois des risques inconsidérés, fonçant tête baissée, sans se préoccuper de rien d’autre.

Ses élans impulsifs perturbent son équilibre et l’entraînent dans des situations dont elle n’a pas mesuré les conséquences. Ainsi, c’est parce qu’elle veut se mettre à l’abri du besoin pour épouser son grand amour, qu’elle accepte de travailler pour le compte des services de renseignements français.

Elle imagine que l’espionnage se pratique comme la danse et pense soutirer de l’argent aux services de renseignement aussi facilement qu’à ces amants. Elle semble n’avoir aucune conscience des risques qu’elle encourt.

Le portrait morphopsychologique de Mata Hari met en lumière sont besoin de s'insvestir corps et âme

Passion et ardeur

Mata Hari est quelqu’un qui a besoin de s’investir corps et âme dans un projet, un centre d’intérêt ou une cause (pommettes saillantes, creux dans les joues, tempes creuses).

Son idéalisme passionné peut la porter à suivre un élan, à s’engager.
[La passion est une force intériorisée qui doit trouver un aboutissement].

Cet élément passionnel lui permet de mettre beaucoup d’ardeur dans tout ce qu’elle entreprend et il lui procure un grand enthousiasme.
Mais il peut tout aussi bien amplifier, voire dramatiser ses réactions affectives.
Sa sensibilité se trouve alors exacerbée et, elle peut parfois être portée aux extrêmes, capable de vouer une haine farouche avec une volonté de tout détruire.

La vie affective et instinctive guident sa conduite de vie

La vie de Mata Hari est guidée par ses sentiments et ses instincts (de profil la mâchoire et le nez forment un bloc qui avance). Ils dirigent sa vie.

La pensée est au service des intérêts de la vie affective/instinctive.

Elle a besoin d’affection, de tendresse, de présence humaine et aussi besoin de bouger, d’agir et de satisfaire son corps (nutrition-agressivité-acquisivité-sensualité).

C’est dans ces deux domaines de vie que Mata Hari a les plus grandes aptitudes et la plus grande résistance à la fatigue.
C’est là que la vie l’intéresse le plus, qu’on peut entrer le plus facilement en contact avec elle, l’intéresser et avoir prise sur elle.
Les sentiments et les perceptions sensorielles lui procurent joie et épanouissement.

En cas de coups durs (deuil, chagrin, rupture, sentiment de rejet…) elle sera atteinte de plein fouet dans ces deux sources de vie.

Des coups portés à l’affectif

En cas d’attaque de ces deux domaines, les  symptômes se manifestent dans l’étage en rétraction (donc le plus fragile) ici la zone cérébrale (front, tempes, yeux). 

D’ailleurs, sur les dernières photos de Mata Hari un oeil dévie de l’axe optique vers l’extérieur. Le Dr Corman a nommé ce signe “l’oeil qui chavire”.  Il marque un fléchissement nerveux et précède parfois une dépression, voir le suicide.

Le portrait morphopsychologique montre des signes de dépression

Son regard est éteint, les yeux s’affaissent et le blanc de l’oeil est visible sous l’iris. C’est le signe d’une fatigue physique et mentale, une fuite devant la réalité.
Elle semble perdue et ne pas comprendre ce qui lui arrive.
Mata Hari est alors très vulnérable.

Le visage de Mata Hari sur les dernières photos montre une grande vulnérabilité

Une enfance marquée d’événements pénibles

Il y a dans le visage de Mata Hari une asymétrie importante qui se marque par un côté gauche beaucoup plus rétracté et très atone particulièrement au niveau de l’oeil.
Celui ci est moins vivant, plus petit et plus enfoncé dans le visage. C’est particulièrement visible sur la photo ci-dessous.

Il y a dans le visage de Mata Hari une asymétrie importante

La paupière supérieure retombe sur l’oeil et la paupière inférieure découvre le blanc de l’oeil sous l’iris (signe de baisse de tension nerveuse). Les commissures de lèvres qui sont tombantes indiquent que Mata Hari subit une forte contrainte de la vie qui engendre une certaine amertume.

Le côté gauche représentant le passé (fonction nourricière, la mère), cette asymétrie laisse à penser que dans l’enfance  Matha Hari a été confrontée a des événements pénibles qui l’ont obligée à se tendre (instinct de conservation) pour y faire face.

A chaque fois qu’elle se trouve exposée à une situation de stress cette dissymétrie devient plus apparente, et révèle que son équilibre est menacé.

L'asymétrie du visage de Mata Hari menace son équilibre

J’attribue cette dissymétrie aux conséquences du divorce de ses parents. En effet, à l’âge de 14 ans, à la suite d’un revers de fortune, ses parents divorcent et son père abandonne ses enfants. Sa mère décède quelques mois plus tard et la famille est totalement disloquée ; elle ne reverra jamais ses frères.
Cette asymétrie est fortement marquée après son mariage et le décès de son fils.

La dilatation du côté droit (insertion dans le social, le père) indique qu’un épanouissement relatif est survenu plus tard.
Grâce à la danse, elle s’affranchit et devient une artiste de renom, une danseuse admirée, adulée et reconnue.

Beaucoup moins visible sur les photos qui couvre sa période de gloire,  la dissymétrie apparaît à nouveau fortement sous le coup de son arrestation (photos des archives policières).

Vie intellectuelle

Comme je le soulignais précédemment, la pensée est au service des intérêts instinctifs et sentimentaux. Cela signifie que la prédominance affective/instinctive impose à la pensée une insertion dans le monde matériel et concret. Ainsi toute abstraction est exclue.

Elle ne juge les choses que par leur utilité et par contact direct.

Le portrait morphopsychologique de Mata Hari révèle que son intelligence n'est pas séparée des sensations

Sa mémoire est sélective en ce sens que ce sont les souvenirs en lien avec les sentiments les relations affectives qui occupent ses pensées. 
La mémoire relative aux domaine instinctif sera étendue et facile pour les mots, les chiffres, les faits et les objets vus et manipulés.

L’étage cérébral a une fonction de contrôle sur les deux autres fonctions (sentiments et instincts) grâce à laquelle ses impulsions instinctives sont plus modérées (abritement des yeux à partir de la trentaine).

Son intelligence n’est pas séparée des sensations.

Mata Hari a un bons sens de l’observation (bosses sourcilières renflées) et un fort ancrage dans la réalité matérielle

La prise d’informations (perceptions visuelles qui alimentent la pensée) se fait dans la quantité et dans la qualité.  
Mata Hari a des échanges abondants avec l’extérieur. Elle est curieuse et avide d’informations et de nouvelles connaissances (grands yeux bien ouverts).

Toutefois (à partir de la trentaine ) elle n’assimile que les données qui font l’objet d’un choix (abritement des yeux dans l’orbite).

L’information est prise au scalpel (finesse des yeux), elle voit les détails avec une grande acuité, rien ne lui échappe.

L’asymétrie des yeux que j’ai évoquée plus haut peut occasionner des difficultés de choix et de synthèse ainsi qu’un manque de concentration. Ces épisodes s’accompagnent d’une fatigue mentale et nerveuse.

Grâce à son flair, elle peut prendre les décisions rapidement. Sa pensée est claire et méthodique, plus intuitive que logique.
Toutefois elle préfère, parfois, se laisser un délai de réflexion avant de passer à l’action (creux d’analyse).

La pensée de Mata Hari est canalisée dans une direction donnée, vers le but à atteindre.

Vie relationnelle et sentimentale

Toutes les réactions, les comportements et les jugements de Mata Hari sont empreints d’une charge affective. Les sentiments comme les instincts constituent son “moteur” de vie

Elle a de grands besoins affectifs (pommettes larges) et elle recherche les contacts sociaux qui sont abondants et faciles. Elle a une grande capacité à donner de l’affection, de la tendresse et de l’amour.
Mata Hari est une grande amoureuse, passionnée, pleine d’ardeur et d’idéalisme.

Son univers est celui des sentiments, elle s’y sent à l’aise et épanouie.

Dans son milieu d’élection, son adaptation est souple.

Jeune, Mata Hari est perméable à toutes les impressions du milieu (narines ouvertes) qui la pénètrent sans résistance. 
Or la structure délicate de ses ailes narinaires qui palpitent de vie, s’est affinée avec le temps (hypersensibilité affective, sélectivité).

Le portrait morphopsychologique de Mata Hari explique que La bosse de son nez est la marque des coups portés à l'affectif

Le nez est exposé aux affects, qu’il prend de plein fouet. L’effet est comparable à des coups de poings.
La bosse du nez de Mata Hari, très visible de profil est la marque de ces coups  portés à l’affectif.

Il semble que quelqu’un en qui elle avait placé sa confiance et son estime, lui a fait brutalement défaut. Soit parce que cette personne a disparu, soit parce qu’elle ne s’est pas montré sous sa véritable nature.

Depuis, sa vie affective est tourmentée : elle éprouve de l’inquiétude et se soucie à propos de tout ce qui touche aux sentiments.

Hypersensibilité sur le plan affectif

Cette hypersensibilité sur le plan affectif lui fait ressentir tous les événements de la vie, avec intensité.

Pour s’épanouir affectivement, elle a absolument besoin d’un milieu d’élection sécurisant, qu’elle édifie elle-même.
Les personnes qui font partie de ce cercle partagent les mêmes centres d’intérêt et les mêmes goûts.
Elle s’épanouit en leur présence, se montrant ouverte, spontanée et joyeuse.

Mata Hari a le sens de l’engagement et de la parole donnée.

C’est une sentimentale chez qui les obstacles résident surtout dans les chagrins, les déceptions, les deuils et les amours contrariés.

Ses sentiments sont forts, intenses et profonds ; elle est fidèle en amour comme en amitié (ce qui est sans rapport avec sa condition de courtisane).

Le visage de Mata Hari exprime des sentiments forts et intenses

Dans son comportement, des tendances contraires s’affrontent.

D’un côté une sociabilité toute en dehors, se manifestant sans entrave, où l’élan vers les autres est dominant, et de l’autre une introversion des sentiments qui ont du mal à s’exprimer en dehors du milieu d’élection.

L’existence de ce conflit intérieur prend très probablement sa source dans l’événement qui se rattache à l’enfance et que j’ai évoqué précédemment.

Son affectivité est teintée d’ardeur passionnée et d’idéalisme (pommettes hautes et saillantes).
Elle est très exigeante dans la qualité de la relation et a une certaine tendance à projeter sur l’autre une image idéale. Comme elle s’investit totalement elle peut être facilement déçue lorsque la projection cesse.

C’est quelqu’un qui est prêt à tout envisager, par passion.

Vie matérielle

Chez Mata Hari, on l’a vu,  le domaine de l’action et des instincts est indissociable de celui des relations sociales et affectives.
Elle a besoin de faire des projets avec les autres (ou pour les autres). 

Son monde est celui des réalités concrètes. Elle sait gérer les situations qui se présentent car elle est bien insérée dans la vie matérielle.
Dans l’action, elle va de l’avant.

Ses instincts sont abondants et puissants : elle a une bonne santé, une bonne résistance à la fatigue, une grande volonté d’action et une forte sensualité.

L’expansion des instincts est facile et contrôlée (bouche bien close, les deux lèvres pressées l’une contre l’autre).
La structure des lèvres finement dessinées lui confère de la délicatesse dans ses actions ainsi qu’une certaine retenue. 

Le visage de mata hari révèle une certaine délicatesse

Sa volonté est à la fois ferme et souple.
Elle s’appuie sur ses propre règles de vie, mais elle est aussi capable de composer pour s’adapter sans heurts.

Mata Hari a besoin de s’exprimer : c’est la femme du langage qui brille en société grâce à une certaine facilité oratoire (bouche charnue).

Son expression passe aussi par le geste et le mouvement (danse, sports (c’est une cavalière expérimentée). La finesse de sa mâchoire laisse deviner ses aptitudes artistiques.

Sensible à tout ce qui est beau (coeur de cupidon), elle a le sens de l’esthétique, de la forme et de la couleur (décoration intérieure, vêtements, tissus..).  

Elle aime l’opulence, la bonne société et la bonne table

Gourmande (bouche assez grande et charnue) mais en aucun cas “gloutonne”. 

Chez Mata Hari, l’instinct d’acquisivité est développé et elle ne perd jamais de vue son intérêt et les profits qu’elle peut réaliser. Tout ce qui menace ses intérêts la heurte et la ferme.

C’est une femme solide, puissante et courageuse.

Le visage de Mata Hari montre qu'il s'agit d'une femme solide et courageuse

L’élan qui l’anime ajoute du dynamisme à sa puissance instantanée.
Elle exécute les choses rapidement et ses réactions sont vives.
Toutefois, elle sait aussi faire preuve de persévérance et de continuité dans l’action.

Mata Hari est « hyposensible » (sauf dans la sphère affective), c’est-à-dire que ses réactions de défense sont lentes.

En effet, en cas d’attaque de l’organisme (maladie, situations toxiques, attaques en tout genre…) ses signaux d’alarme internes se mettent en marche assez tardivement.

Ainsi, elle ne ressent pas les effets de la fatigue et peut se surmener sans s’en rendre compte, jusqu’à épuisement.

Dans le cas de la maladie, ses symptômes sont ressentis assez tard, alors que l’affection a déjà gagné du terrain.

Pour conclure

Femme d'action et de sentiments Mata Hari a toujours suivi les élans de son coeur
https://www.instagram.com/fromjohana

Femme d’action et de sentiments Mata Hari a toujours suivi les élans de son coeur.

Malgré une jeunesse difficile, malmenée par l’existence, elle a su prendre les rênes de sa destinée et tracer son propre chemin.
Chemin qui l’a  mené à la gloire, à l’indépendance financière et à la notoriété.

Elle aurait pu être comblée dans tous les domaines de sa vie sans les désordres occasionné par une déclaration de guerre mondiale.

Si sa fin est tragique, pendant toute une période de sa vie elle a vécu épanouie et a laissé s’exprimer sa nature profonde

J’espère que vous avez apprécié ce portrait autant que j’ai eu plaisir à le faire.
Donnez moi votre avis en utilisant le formulaire de contact.

En attendant,

Soyez vous-même et cultivez la différence !

@+ Isabelle

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

2 thoughts on “Portrait morphopsychologique de Mata Hari

  1. Très bon article Isabelle!! Merci
    D’un côté tu m’as fait découvrir la personnalité de cette femme que je ne connaissais que de nom,
    et de l’autre côté j’entrevoie l’immensité de tout ce qui se cache derrière la “morphopsychologie”… Je ne pensais pas qu’on pouvait aller aussi loin dans le détail !! C’est incroyable

    1. Merci Nicolas,
      C’est vrai que du point de vue finesse d’analyse la morpho c’est du lourd ! Et dis-toi qu’il y a encore sans doute beaucoup de choses à ajouter, c’est comme un fil qu’on tire d’une immense pelote.
      Quant à tes profils, il faut absolument que je m’organise pour faire l’exercice inverse : partir de tes descriptions de personnalités pour leur donner un visage. Je suis sûre qu’on peut faire un truc super ! En tout cas merci encore c’est encourageant. @+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *