Le creux du front, entre perception et décision

Le creux du front, entre perception et décision

Peut-être vous êtes-vous interrogé sur la signification de ce creux horizontal que l’on voit parfois au milieu du front ?
Ce creux appelé “creux de réflexion” ou “zone d’analyse” introduit un processus de réflexion entre la perception du monde et la prise de décision.

Cette caractéristique morphologique influence à la fois le mode de pensée et le mode d’action.

Le creux de réflexion se traduit différemment selon qu’il dessine un simple sillon ou une vallée profonde au milieu du front.

L’analyse de la structure faciale et la forme générale du front sont indispensables pour interpréter, avec justesse, la signification de ce creux.

Le creux du fornt  s'interprète en tenant compte de la structure faciale dans son ensemble
Adam Duran

Dans tous les cas, ce que vous devez retenir c’est que la zone d’analyse est un signe d’hypersensibilité de défense, donc d’une rétraction dans le domaine de la pensée.

La rétraction de la matière vivante est l’indice que le milieu où elle se développe la heurte, la blesse ; elle est une réaction de défense active. Cette réaction de défense c’est la sensibilité.

Louis Corman

Situer exactement le creux de réflexion

Le creux de réflexion se situe à l’étage cérébral (formé par les yeux, le front et les tempes).

La morphopsychologie divise, en effet,  le visage en trois zones.

Le creux du front se situe à l'étage cérébral dans la partie supérieure du visage

Ces trois zones appelées aussi étages correspondent aux trois fonctions essentielles de l’être humain.

  • cérébral pour la fonction penser, réfléchir, imaginer
  • relationnel/affectif pour la fonction aimer, partager, échanger
  • instinctif/actif pour la fonction toucher, bouger, agir

Le creux de réflexion se situe très précisément à la jonction du renflement des arcades sourcilières et l’arrondi de la zone supérieure du front. 

Il y forme une dépression plus ou moins encaissée entre ces deux zones arrondies.

De quoi parle l’étage cérébral ?

L’étage cérébral est bien entendu le siège de la pensée, mais il indique aussi les rapports de l’individu avec son milieu social.

Ils (les rapports de l’individu avec son milieu) correspondent donc à ce qui chez l’homme dépasse le plan des nécessités immédiates de l’existence. C’est pourquoi on dit souvent qu’ils forment une vie à part : la vie spirituelle

Louis Corman

L’étage cérébral parle de la manière dont  les données sont traitées depuis la prise d’information (par les sens) à la décision d’agir. 

Il renseigne sur l’influence exercée par le milieu sur l’individu ainsi que sur son comportement social. 
Par exemple son attitude vis-à-vis de l’ordre établi, de la morale, des valeurs, sa relation au temps… 

Le creux du front influence le mode de pensée et le mode d'action
Georges Clémenceau

L’étage cérébral indique la manière de :

  • aborder un problème
  • raisonner,
  • décider
  • trouver des solutions
  • contrôler ses impulsions

C’est aussi dans cette partie du visage qu’on peut détecter le dynamisme intellectuel, le degré de réceptivité, d’idéalisme ou de pragmatisme et l’indépendance de caractère.

Y sont visibles les forces de l’inconscient, la propension au rêve et à l’irrationnel, l’élan créateur.

Enfin on y lit la manière dont les données sont assimilées, mémoire, souvenirs et savoirs… et  le sens de l’esthétique aussi !

L’interprétation du creux de réflexion

Pour interpréter le creux de réflexion, c’est d’abord sur l’analyse du front qu’il faut se pencher.

Le Hic, c’est qu’il existe une variété infinie de fronts ! De plus, chaque front a ses propres caractéristiques morphologiques. 

Alors, comment faire ?

Et bien, en se référant à la loi fondamentale des formes vivantes, c’est-à-dire la loi de dilatation/rétraction. C’est toujours les principes de cette loi qui sont appliqués pour lire un visage.

La loi de dilatation/rétraction

Si vous venez de découvrir ce blog, je vous en fais un bref topo dans les lignes qui suivent.
Si vous êtes un fidèle lecteur de ce blog, vous pouvez passer cette partie.

La loi de dilatation/rétraction indique que tout organisme vivant placé dans un milieu favorable à la vie se développe et s’épanouit. 

Ses formes se dilatent (augmentent et s’arrondissent).

Force d'expansion

En revanche, soumis à un milieu qui l’agresse, l’organisme se retire en lui-même pour préserver sa vie. 

Ses formes se rétractent (s’étirent,diminuent et se creusent).

force de conservation

Appliquée à l’analyse du visage on peut dire (pour faire court) que les parties du visage qui sont :

  • saillantes, vastes et arrondies correspondent à la dilatation donc à un épanouissement libre de l’individu.
  • plates, creuses et fines correspondent à la rétraction donc à l’expression d’une vive réaction de défense vis à vis d’un milieu qui le heurte.

Selon l’étage dans lequel se situent ces caractéristiques morphologiques on en déduit les points forts et les points de vulnérabilité, les aptitudes, les motivations….

La forme générale du front

Comme je le disais plus haut, les signes morphologiques se combinent en de nombreux alliages qui forment de très très nombreux types de fronts

Il n’est donc pas possible de tous les décrire et d’ailleurs ce serait mortellement ennuyeux. 

Pour l’heure on va s’intéresser aux 2 principaux types de fronts. 

Le front différencié et le front indifférencié.

Ces termes sont un peu barbares, je vous l’accorde, mais dans les lignes qui suivent, je vous en donne une explication claire. 

Le front différencié

Seuls les fronts différenciés portent un creux

Un front différencié est un front qui présente des sinuosités, c’est-à-dire des creux et des bosses d’importance variable.
Ce “relief” divise concrètement le front en 3 parties distinctes :

  1. perception/observation (partie basse du front)
    Contigüe aux yeux, c’est une bande transversale d’environ 2cm de hauteur qui englobe les arcades sourcilières et les sourcils.

    La zone d’observation se rapporte aux valeurs concrètes et utiles de l’esprit
  2. réflexion (milieu du front)

Formant une sinuosité plus ou moins profonde au milieu du front, la zone d’analyse est un signe de rétraction. Elle fait la transition entre perception et prise de décision,

Elle introduit : prise de conscience, réflexion  et esprit critique.

  1. imagination (zone supérieure du front)

    Située dans la partie haute du front, elle est presque toujours de type dilaté (donc vaste).

    Emmagasinant passivement les perceptions et tous les produits de la réflexion, c’est la zone de l’inconscient, du rêve et de l’imagination

Le creux de réflexion marque donc le front différencié de l’individu qui réfléchit avant d’agir.

Le front indifférencié

Un front indifférencié est un front uniformément arrondi dont la ligne de contour est courbe et d’un seul tenant.

Pour vous donner un exemple, c’est le front rond, archétype du front de bébé. 

Bombé et  de bonne taille (donc dilaté) il est lisse car aucun signe de rétraction ne le marque.
Ce type de front n’est donc pas “barré” par un creux. 

Un front sans creux  est celui d'un homme de flair à la pensée plus intuitive que logique

En absence de creux de réflexion, les perceptions sensorielles passent librement et directement dans la zone de l’inconscient et des rêves (partie arrondie tout en haut du front). 

Emmagasinées dans cette zone, sous leur forme première, les perceptions nourrissent l’imagination et la mémoire, d’images concrètes et vivantes.

C’est là que nous puisons les informations qui nous permettent de décider, d’agir, de trouver des solutions, d’imaginer….

Le front rond est celui d’un individu sensoriel (qui perçoit par la sensation), un homme de flair à la pensée plus intuitive que logique.

Degré de profondeur du creux de réflexion

Lorsqu’un front est barré d’un creux, cela signifie que le passage des données de l’observation vers la zone imaginative est entravé.
Un temps réflexion (plus ou moins longo) s’interpose entre la perception et la décision d’agir.

Parce que  morphologiquement, c’est une zone de rétraction, elle a pour effet de :

  • couper le contact avec le monde extérieur
  • opérer une prise de conscience aiguë 
  • sélectionner parmi les impressions reçues celles qui sont favorables

Le creux de réflexion n’est pas une ride, ni un pli, c’est un creux osseux. 

Pour vous en convaincre, si votre front porte ce creux, fermez les yeux et passez un doigt sur votre front en appuyant légèrement. 

Et oui, c’est bien au niveau de l’os que se situe cette dénivellation

Le creux du front est une dénivellation osseuse
Illustration Isabelle Yvelin

Ce creux est le signe d’une réaction de défense de l’organisme face à un milieu qui le blesse, et/ou une disposition native (hérédité). 

Vous imaginez bien que le degré de profondeur de ce creux est très très variable d’un front à l’autre et que je ne peux pas tous les aborder.

L’essentiel est de comprendre que plus cette zone est creuse, plus la réflexion s’intensifie et se prolonge jusqu’à inhiber l’action dans les cas extrêmes;

Je vous propose d’aborder les deux formes les plus typiques que peut prendre le creux de réflexion :

  • ondulation discrète (dessinant une simple ligne)
  • creux profond qu’il crée une véritable cassure (on le nomme alors “barre d’arrêt”)

Creux discret : réflexion rapide

Creux du front discret = réflexion rapide
Alyssa Milano

Lorsque la zone d’analyse se présente sous la forme d’une simple ondulation en creux, elle s’inscrit dans un front de forme ondulée

Les trois parties du front (observation, réflexion, imagination) se succèdent sans rupture ni à-coups.
Il s’ensuit que le passage entre la perception (sensorielle) et la prise de décision s’effectue en souplesse. 

Le temps d’arrêt qui s’intercale dans le processus intellectuel n’est pas important et permet une analyse rapide des éléments recueillis par l’observation. 

Il y a donc : enregistrement rapide et décision prompte.

Quand le creux du front n'est qu'un simple sillon il traduit une pensée rapide et une prise de décision prompte
Meghan Markle

Signe d’hypersensibilité dans le domaine intellectuel, le creux de réflexion introduit un élément qualitatif : l’intériorisation de la pensée, qui se traduit par :

  • prise de conscience 
  • réflexion mesurée sur les données de l’observation
  • approche intellectuelle facile et souple
  • réflexion s’appuyant sur l’imagination
  • esprit critique
  • électivité, nuance

Le front qui porte une zone d’analyse discrète est celui d’un individu de réflexion rapide qui allie le concret et l’abstrait.
Celui d’un praticien (quel que soit le domaine d’exercice).

La barre d’arrêt : blocage de la pensée

Leon Tolstoi

Lorsque la zone d’analyse forme un creux horizontal très fortement marqué au milieu du front, il y a une véritable cassure entre la perception et la prise de décision.
C’est la raison pour laquelle on l’appelle “barre d’arrêt”.

Inscrite dans un front qui dessine des sinuosités accusées, la barre d’arrêt traduit le heurt violent entre les tendances opposées.(dilatation et rétraction).

Les sensations premières perdent leur matérialité pour se transformer en idées, par le jeu d’une sélection abstraite très sévère.

En conséquence, toute spontanéité est inhibée.

L’analyse, trop poussée, ralentit le processus de réflexion. Il y a blocage et stagnation de la pensée

Associée à un visage marqué d’atonie (manque de tonus), l’action freinatrice de la barre d’arrêt, double l’effet paralysant de la pensée et inhibe l’action. 

l'action freinatrice du creux du front, associé à des éléments d'atonie dans le visage double l'effet paralysant de la pensée
Illustration : Isabelle Yvelin

Dans tous les cas la barre d’arrêt signifie : 

  • très vive sensibilité intériorisée
  • rumination, ressassements
  • perplexité
  • indécision

Le front qui porte la barre d’arrêt est celui d’un homme de pensée, d’un logicien, d’un théoricien qui réfléchit toujours longtemps avant d’agir.

Quelques combinaisons fréquentes

La variété des combinaisons est très grande : je vous présente celles qui me semblent les plus parlantes.

Front fuyant (intelligence active, élan)

Lorsque le front est fuyant (inclinaison vers l’arrière au- dessus du creux), il y a conflit entre l’accélérateur (l’élan) et le frein (retenue).

Sur un front au modelé ondulé

Le creux de réflexion sur un front fuyant apporte du contrôle et tempère l'élan combattif
Johny Halliday

Sur un front au modelé ondulé le creux de réflexion modéré, associé à l’abritement des yeux, introduit un élément de qualité : un apport de retenue.

La rétraction tempère l’impulsivité etdu type Dynamique.

C’est un heureux compromis entre les deux tendances.

Sur un front au modelé bossué

Le creux du front de modelé bossué dénote un caractère marqué de passion
Bernard Tapie

Si le modelé du front est de type bossué (très en relief), le caractère est teinté de passion. Il y a antagonisme entre les tendances opposées (dilatation/rétraction).

Notre individu dispose de deux modes réactionnels :

1 – il court-circuite la réflexion en obéissant à son élan premier par une action immédiate 

2 – la réaction première n’a pas lieu et la réflexion peut intervenir pour une action mesurée où en bloquant toute initiative

Dans le premier cas, la réflexion intervient après coup faisant naître des scrupules. L’individu remet en cause le bien fondé de sa décision immédiate et en éprouve de la culpabilité.

Pour le deuxième cas de figure, c’est l’importance de l’enjeu qui détermine sa réaction. 
A-t-il besoin d’un temps de réflexion pour prendre sa décision ?

Un degré de plus est franchi lorsque la barre d’arrêt marque un front fortement bossué associé à des yeux très enfoncés. 

On appelle "barre d'arrêt" le creux du front qui est très marqué.
Benoit XVI

Il y a  antagonisme entre l’élan qui porte en avant et un intense besoin de faire retraite en soi

L’accélérateur et le frein sont actionnés brutalement créant des secousses qui prennent la forme d’un intense conflit intérieur. 

Les forces vitales opposées se heurtent violemment et l’équilibre de la personnalité peut être compromis. 

Front redressé (pensée réfléchie, méditative et organisatrice)

Le redressement du front indique que la conscience de l’individu est constamment en alerte et que seules les influences qu’il a choisies, l’influencent.

Le creux qui forme une cassure au milieu du front établit chez lui, un blocage entre la perception sensorielle et les conceptions intellectuelles

le creux du frond profond confère une grande indépendance de caractère
Brigitte fossey

Cette forme accusée de rétraction intériorisante confère à l’individu une grande indépendance de caractère, une prise de conscience très aigüe et un fort esprit critique qui peuvent parfois être paralysants pour l’action.

En présence d’une zone imaginativetrès vaste et arrondie (partie haute du front). Le pouvoir créatif est coupé du monde extérieur par la barre d’arrêt. 

La vie inconsciente n’est pas alimentée par les réalités concrètes du monde extérieur Les perceptions sensorielles sont transformées en idées.

Cette structure est très favorable à la pensée abstraite, aux fantaisies de l’imagination et aux rêveries.

Cas particulier barre d’arrêt + front redressé + yeux très abrités + tempes creuses

Le creux du front très profond bloque la pensée
Bruno Wolkowitch

Dans l’article “Evolution morphologique du visage au fil du temps” j’explique que le type Dynamique (homme d’action et de mouvement), lorsqu’il se laisse aller à sa tendance conquérante, enchaîne les expériences

Au cours de ses recherches du milieu idéal pour s’épanouir librement, il lui arrive de vivre des situations qui heurtent très fortement sa sensibilité

Ces fortes secousses le contraignent à se détourner de l’action et il opère un certain repli sur lui-même. 

Morphologiquement,

On constate que juste au-dessus de la barre d’arrêt le front se redresse brutalement. 

Or en prolongeant mentalement la ligne des arcades sourcilières vers le haut, (en faisant abstraction du creux) on constate que la ligne fuit en arrière

La partie basse du front (zone d’observation) est celle de l’homme d’action tourné vers l’extérieur, spontané et dynamique.

Le repli sur lui-même est objectivé par une zone imaginative propre à la spéculation, la méditation, à l’imagination et au rêve.

Entre les deux, une coupure qui on l’a vu signifie hypersensibilité, perplexité et indécision.

Le creux du front est signe d'hypersensibilité
Illustration : Isabelle Yvelin

Que s’est-il passé ? Pourquoi le front s’est-il redressé brutalement ?

Sur un fond d’hypersensibilité à l’étage cérébral (petits yeux très abrités et tempes creuses), une rétraction intériorisante a agi brutalement.

Comme pour la bosse du nez, l’organisme s’est retiré instinctivement en lui-même pour se préserver. Ce retrait est indépendant de sa volonté.

Sur le plan cérébral, l’élan et le dynamisme ont été freinés trop fortement.

Psychologiquement

Quand la perception entraîne l’acte, il agit en homme d’action : il est passionné et enthousiaste.

Quand il y a processus de réflexion, il agit en homme de pensée : l’analyse se prolonge et il ressasse ses idées. 
La réflexion n’aboutit pas et l’action est inhibée.

Alors je pourrais donner encore beaucoup d’autres exemples, mais je crois que pour cette fois c’est assez !

Vous venez de faire un pas de plus dans l’univers de la morphopsychologie. J’espère que cet article vous a passionné autant que moi et encore une fois n’hésitez pas à le commenter. J’aime beaucoup lire vos retours.

En attendant,

Soyez vous-mêmes et cultivez la différence !

@+ Isabelle

Partager l'article
  •  
  •  
  •  

2 thoughts on “Le creux du front, entre perception et décision

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour recevoir gratuitement "Décrypter un visage en 7 étapes"