Le portrait : point de départ du changement

Le portrait : point de départ du changement

La restitution du portrait morphopsychologique marque le point de départ du processus de changement.

Vous avez, à présent tous les atouts en mains pour vous y engager : 

  • le portrait a répondu à votre demande initiale puisque vous avez obtenu les informations nécessaires pour orienter votre vie dans une autre direction
  • vous connaissez votre objectif à long terme : vous réaliser, vous épanouir et vivre dans l’harmonie.
  • la prise de conscience qui s’est opérée vous permet de faire les meilleurs choix

Et malgré ça,  vous vous sentez désarmé et je vais vous dire pourquoi.

C’est parce que vous ne savez ni comment vous y prendre ni par où commencer pour que tout se mette en place.

Ce questionnement n’appelle pas de réponse toute faite car chaque individu réagit à sa manière, en fonction de ses attentes. 

L’article d’aujourd’hui est destiné à vous éclairer sur votre cheminement, étape par étape, à partir de la restitution du portrait

Le portrait : point de départ du changement – Premières réactions

La restitution du portrait morphopsychologique provoque des réactions très différentes d’un individu à l’autre. 

Ces réactions sont aléatoires et peuvent se manifester par une simple euphorie ou par une forte déception.  

Dans ce chapitre, je vais vous expliquer l’origine des réactions les plus fréquentes qui se manifestent immédiatement après la restitution du portrait.

Que le portrait soit restitué en temps réel par le morphopsychologue ou par écrit, ne change rien aux réactions qu’il suscite.

Se redécouvrir

Le portrait : point de départ du processus de changement

D’abord étonné par la finesse et le niveau de détail de l’analyse, vous voilà “scotché” par la justesse des propos

Comment est-il  possible qu’une personne que vous ne connaissez pas vous ait aussi bien cerné

C’est vraiment agréable, cette sensation d’être entendu et compris, sans jugement à la clé ! 

Dans une interview Patrice Ras explique que c’est comme si quelqu’un vous disait : “Voilà ce que je vois de toi aujourd’hui. Tu peux t’autoriser à être toi-même. Je t’accepte comme tu es. ”.  

Vous vous sentez envahi d’une douce chaleur et soulagé d’un grand poids.

Et puis la morphopsychologie a mis des mots sur des ressentis vagues ou des impressions floues que vous n’arriviez pas à définir. 

Tout devient plus clair. 

Votre cerveau tourne à plein régime et déjà beaucoup de choses prennent une autre dimension

Votre mode de compréhension s’est enrichi et vous pouvez envisager les évènements, les personnes et vos propres comportements sous un angle neuf

Points de résistance

Le portrait : point de départ du processus de changement

Néanmoins, quelques points de résistance se font jour dès lors que des aspects de votre personnalité que vous n’ appréciez pas sont abordés. 

Votre résistance se manifeste  à travers une remise en cause de l’exactitude de l’analyse sur ces points qui vous dérangent.

Par expérience,  je peux vous dire que cette résistance s’objective par des phrases qui ressemblent à celles-ci :

“ A part des petits détails je dirais 90% des choses écrites me sont familières dans ce que je ressens que je fais,  j’ai pu faire et je souhaite faire.« 

Globalement, je suis d’accord avec tout le paragraphe sur les tendances générales. Cependant, il manque pour moi certaines nuances.

Globalement, cela me semble assez juste, je me retrouve dans cette description. Le portrait me renvoie quelque chose de l’ordre d’être très stricte, droite et rigide. Je ne pensais pas être autant comme cela. Je trouve que j’ai un côté joyeux et positif qui ne ressort pas du tout dans le portrait”

“Certes, je ne me suis pas retrouvé dans 100 % des caractéristiques de la description, mais dans l’ensemble la synthèse était plutôt fidèle à ma personnalité.”

Certains traits de personnalité ne sont pas pleinement assumés. 

L’expression de réserves, indiquent que certains traits de personnalité ne sont pas pleinement assumés. 

La mise en lumière de certaines caractéristiques comportementales n’est pas du goût de votre Moi conscient.  Il veut garder le contrôle et le fait de “laisser les cadavres au placard” le rassure.

Je me souviens de ce jeune homme qui refusait d’entendre qu’il avait les dons naturels pour l’art .
Il revenait sans cesse là-dessus et attendait de moi que j’aille dans son sens. De mon côté, je ne m’expliquais pas en quoi c’était dérangeant pour lui. 

Je me suis rendue compte que c’était lié à la représentation qu’il se faisait des artistes en général. Sa vision était stéréotypée et réductrice (artiste = bohème, fauché, dépravé, oisif).

En niant ses aptitudes artistiques, il s’évitait d’être considéré comme artiste.

Incompréhensions

La résistance au changement s'objective par une incompréhension liée au vocabulaire

Parfois la résistance s’objective par une incompréhension liée au vocabulaire

Il se peut, par exemple, que le morphopsychologue ait employé un mot pour décrire un aspect de votre personnalité et que ce mot ne signifie pas la même chose pour vous. 

L’incompréhension s’installe alors, entraînant à sa suite toutes sortes de quiproquos. 

Au final, le message est totalement pollué. 

Et pourtant, ce n’est pas bien grave :  c’est une simple question de lexique. 

Chacun d’entre nous a, en effet, sa propre définition des  mots. La plupart du temps les dictionnaires s’accordent, mais parfois il faut réajuster.

Je me souviens de cette jeune femme qui avait littéralement “gloussé” quand je l’avais décrite comme quelqu’un de sérieux et de réfléchi. 

Cette personne,  joyeuse et drôle,  faisait volontiers le clown pour faire rire la galerie. 

Or, dans sa compréhension des mots, elle assimilait “sérieux” à “sévère”, “austère” et “ennuyeux”. Quelqu’un qui « ne rigole pas”, en somme, tout le contraire d’elle !

Dans mon lexique, être sérieux implique le contrôle de soi, la capacité à réfléchir avant d’agir  et d’envisager la conséquence de ses actes. 

L’adjectif “sérieux” n’est donc pas incompatible avec un tempérament joyeux et spontané. 

Après nous être accordées sur la sémantique, elle a validé ce terme comme correspondant  à son mode de  fonctionnement.

Le déni

La restitution du portrait impose une remise en cause qui peut déclencher une vive réaction d'opposition

Malgré votre profond désir de prendre en main votre destinée et votre confiance en la méthode morphopsychologique, il peut arriver que vous soyez déçu.

Vous avez cru que c’était ok, mais non ! 

Le portrait qui impose, en quelque sorte, une remise en question est juste inconfortable pour certains,  alors que chez vous, elle déclenche une vive réaction d’opposition. 

Vous rejetez tout en bloc le portrait, le morphopsychologue,  votre envie d’évoluer parce que vous n’êtes pas prêt. Car votre Ego ne veut pas passer la main. 

Alors la frustration vous envahit et pour justifier votre insatisfaction, vous dites des choses telles que :

“Je ne me reconnais pas dans la description de ma personnalité, c’est même tout le contraire”

“ce morphopsychologue a tout faux, je ne suis pas cette personne, d’ailleurs c’est un charlatan”

“ la morphopsychologie, ce n’est pas pour moi”

Il s’agit de résistances comme celles dont je parlais plus haut,  qui dans votre cas, sont très fortes. 

Mais comme je me plais à le répéter : “c’est pas grave, personne ne va mourir”.

D’ailleurs, le portrait a déjà eu des effets, mais à votre insu. Il œuvre en secret tout au fond de votre être, et quand le temps sera venu, quand vous serez “mûr”, alors vous serez prêt.

Ce jour-là, vous allez reprendre votre portrait et y découvrir des informations  qui vous avaient totalement échappées. 

Vous serez soulagé par rapport à certains aspects de votre personnalité. 

D’ailleurs, vous vous direz peut-être : 

“Finalement je ne suis pas anormal, si j’agis comme ça c’est parce que…., “ 

“ c’est vrai ça, si j’agis comme ceci, c’est parce que…” 

 “je ne suis pas une mauvaise personne, c’est juste que je ne supporte pas de me trouver dans telle situation….”

“je comprends pourquoi je suis mal à l’aise quand….”

Le portrait : point de départ du changement – Assimilation

Le portrait : point de départ du processus de changement

Toutes les informations contenues dans le portrait sont disponibles et prêtes à être utilisées pour votre quête du bonheur. 

Pourtant vous vous sentez submergé car ça fait vraiment beaucoup d’informations à digérer. Surtout que vous êtes pressé de commencer l’aventure !

Sachez pourtant qu’il y a un temps d’assimilation nécessaire pour intégrer toutes ces données et prendre de nouveaux repères.

C’est un peu comme lorsque vous faites un soin énergétique. Pour que le travail qui vient d’être fait puisse agir, le corps a besoin de se reparamétrer

Pour le portrait, c’est la même chose. Il faut « un temps d’incubation »  pour que de nouveaux repères se mettent en place progressivement. 

Cette mise sur pause va vous permettre d’intégrer que le changement est graduel et ne dépend pas uniquement de vous. 

Pour atteindre votre objectif vous allez apprendre à composer avec les exigences de la vie.

Dans le prochain article je vous expliquerai comment vous y prendre.

J’espère que cet article a répondu à certaines de vos interrogations. N’hésitez pas à m’adresser vos commentaires en utilisant le formulaire de contact à la fin de l’article.

En attendant,

Soyez vous-même et cultivez la différence !

@+ Isabelle

Partager l'article
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour recevoir gratuitement "Décrypter un visage en 7 étapes"