L’adaptation : signes morphopsychologiques

L’adaptation : signes morphopsychologiques

Aujourd’hui, je vais aborder les signes morphopsychologiques qui révèlent :

  • comment la personne s’adapte à son environnement
  • la façon dont les contacts avec l’extérieur s’établissent
  • quel est son vécu actuel

Pour une meilleure compréhension, j’évite le plus possible d’utiliser le “jargon” du métier. Néanmoins les termes propres à la morphopsychologie sont précisés entre parenthèses.

La ligne de contour du visage (modelé externe)

La loi de dilatation/rétraction : rappel

Dans un précédent article, j’ai exposé la loi de dilatation/rétraction qui est le fondement de la morphopsychologie.

Pour mémoire, le  rapport hauteur/largeur du visage permet d’identifier le type dominant et de déterminer 50% des traits de caractère.

Le cadre du visage indique l’adaptation de fond au milieu de vie.

Schématiquement, l’extraverti (dilaté) se caractérise  par sa sociabilité, son besoin de quantité, son sens concret.

Morphopsychologie la  ligne de contour du visage
signes morphopsychologiques
Extravertis-dilatés


L’introverti  (rétracté) se caractérise par sa prise de recul, sa sélectivité et son besoin de milieu d’élection.

Morphopsychologie
La ligne de contour du visage renseigne sur l'adaptation au milieu
Introverts-rétractés

L’étude du dessin de la ligne de contour du visage fonctionne indépendamment de cette loi. 

La ligne de contour du visage renseigne sur l’adaptation à l’environnement

La ligne de contour du visage (modelé externe) donne des indications sur la manière dont elle s’adapte à son milieu de vie.

Cette notion de contour est assez inhabituelle et je suis consciente que se l’approprier n’est pas très évident.

Pour comprendre à quoi correspond cette notion de contour, dites vous qu’il s’agit tout simplement de se représenter le dessin d’une ligne

le contour du visage renseigne sur l'adaptation au milieu de vie

La ligne extérieure de la surface du visage que l’on peut suivre du bout du doigt. Bien entendu il ne s’agit pas de palper les visages comme des melons 😀 

Mais, il est très important d’exercer son regard à percevoir cette ligne, ce qui demande de l’entraînement et de la précision.

Point très important

La ligne de contour, dessinée de l’extérieur s’interprète indépendamment de la consistance des chairs. 

Ici, il est question de surface, pas de relief, ni de consistance.

La notion de contour ne concerne ni le tissu  épithélial (peau), ni tissu conjonctif et le muscle (derme) ni les os.  
Ces éléments sont perçus et interprétés à part.

La ligne de contour du visage, c’est comme une rivière qui suit son cours indépendamment du paysage auquel elle appartient. 

Pour comprendre comment s’équilibrent les forces vitales   

Tout corps vivant est limité par un contour qui le circonscrit, séparant l’intérieur de l’être du monde environnant. Ce contour, les peintres et les sculpteurs l’appellent le “modelé”.

Louis Corman

Vous allez comprendre. 

Chacun de nous est animé d’une force vitale qui agit de l’intérieur et qui se confronte avec la force (extérieure) exercée par les aléas de la vie. 

En réaction à cette “pression” de l’extérieur,  la force vitale résiste en repoussant, gonflant ou frappant de l’intérieur.   Si la poussée extérieure est trop forte au regard de la réserve de force vitale à disposition, celle-ci se retire à l’intérieur, comme aspirée. Elle rentre “en dedans” pour se protéger dans un mouvement de défense.

Cet affrontement des forces inscrit sa marque sur le visage en modelant ses contours.

Le visage est limité par un contour qui le circonscrit, séparant l’intérieur de l’être du monde environnant.

Ainsi, les zones du visage en saillie marquent la poussée des forces d’expansion, alors que les zones en creux, les forces de conservation.

Le contour du visage constitue le lieu où s’équilibrent les forces vitales internes de l’organisme et les forces externes du milieu de vie.

On peut résumer ceci d’une autre façon : c’est le lieu de rencontre entre nos pulsions et les contraintes extérieures. 

Ou encore une zone “tampon” entre l’intérieur et l’extérieur de l’être.

Cette zone n’est pas figée, mais bouge en permanence tout au long de la vie. S’y impriment par alternance tantôt la dilatation (courbes arrondies) tantôt  la rétraction (lignes plates qui ondulent).

Lorsque les forces s’équilibrent les formes sont régulières, c’est une période de vie harmonieuse.

Comment “interpréter” la ligne de contour du visage ?

Comme je vous le disais au début de l’article, c’est avec de l’entraînement que l’on parvient à suivre mentalement le dessin de la ligne de contour.

Mais commençons modeste.

Demandez à quelqu’un de votre entourage de bien vouloir vous servir de “cobaye”. Informez-le de ce que vous allez faire et demandez-lui de ne pas vous parler pendant “l’exploration” de son visage.

Je vous propose de suivre, du bout du doigt, la ligne de contour du visage.

Commencez par  le contour de la mâchoire : est-il arrondi ou plat ? N’appuyez pas votre doigt, car vous risquez de fausser le résultat. Concentrez-vous et progressez très lentement pour sentir du bout des doigts, la moindre dénivellation.

A présent, remontez vers la joue. Le contour a-t-il gardé la même forme ? Soyez attentif à la transition est-elle douce ou brutale ? Le contour de la joue se creuse-t-il légèrement ou fortement ?

Continuez à remonter, c’est l’arrondi de la pommette et au dessus une zone qui marque la tempe. Est-elle en retrait ou au contraire légèrement bombée ?

Montez jusqu’à la racine des cheveux. quand vous serez arrivé au milieu du front redescendez en suivant la ligne de contour du profil. Ressentez toutes les différences qui existent entre chaque zone voisine.

Interpréter la ligne de contour du visage renseigne sur l'adaptation au milieu

Points d’observation

Remarquez si des zones s’aplatissent ou s’arrondissent en courbes douces ou si vous sentez comme des lignes qui se brisent.  Il y a des creux et des saillies, mais l’ensemble est-il “en montagnes russes” ou au contraire régulier, passant sans heurt d’une zone à l’autre ?
Les transitions inter-zones s’opèrent-elles de manière abrupte ou sont-elles plutôt progressives

Ce visage vous fait-il penser davantage à un paysage de  haute montagne ou à un paysage de monts et vallées ?

Si vous n’avez personne “sous la main”, vous pouvez faire l’exercice sur votre propre visage devant un miroir, ou même à l’aveugle.

Exercez-vous sur n’importe quel visage quand vous feuilletez un magazine. Suivez  le dessin de la ligne de contour avec un crayon, tout simplement.

Le dessin de la ligne de contour se présente sous plusieurs formes :

  • ronde
  • plate
  • ondulée
  • rétractée bossuée (faite de fortes saillies et de creux profonds)

Les différentes formes de la ligne de contour (modelé externe)

La forme de la ligne de contour (modelé extérieur) détermine le mode de relation avec l’environnement.
Elle varie selon les personnes et selon les périodes de la vie.
Elle se modifie assez rapidement en fonction des circonstances (obstacles, maladie, épanouissement, succès…).

La forme ronde :
fusion sans réserve avec l’environnement

Le dessin de la ligne de contour est uniformément arrondi, les courbes sont régulières, les angles sont estompés, voire inexistants. 

Les différentes formes de la ligne de contour du visage
adaptation contour visage morphopsychologiques
Forme ronde

La rondeur est à mettre en relation avec le type extraverti (dilaté)

Cette forme correspond au visage du bébé qui s’imprègne de l’environnement avec qui il fusionne sans réserve.

La rondeur de la ligne de contour est à mettre en relation avec le type extraverti

Mode relationnel avec le milieu de vie : 

  • Facilité de contact, bonne sociabilité, adaptation souple
  • Caractère sans angle, bienveillance, gentillesse
  • Réceptivité sans nuance, fusionne avec l’environnement
  • Influençabilité, vulnérabilité, peu de sens critique

Forme plate : hypersensibilité

Cette ligne (modelé externe) est faite d’une succession de lignes droites et d’angles .

Forme plate de la ligne de contour du visage est comme un bouclier
adaptation contour visage morphopsychologiques

La forme plate est à mettre en relation avec le type introverti (très rétracté) et se caractérise par une tendance à la fermeture.

Chaque ligne plate peut être comparée à un bouclier que la personne met entre elle et l’extérieur.

La forme plate de la ligne de contour peut être comparée à un bouclier que la personne met entre elle et l'extérieur
Vincent Lindon

Mode relationnel avec le milieu de vie :

  • Difficulté à établir des contacts, , adaptation par la sélectivité
  • Hypersensibilité, repli sur soi, intériorisation
  • Rapports difficiles, froideur apparente, secret
  • Sur la défensive

La forme ondulée : équilibre dans la juste mesure

La forme ondulée se trouve à mi chemin entre les deux extrêmes ( forme ronde et la forme plate).

La ligne de contour dessine une courbe sinueuse où se succèdent lignes droites et en courbes douces, sans angle et sans à coups. 

Forme ondulée de la ligne de contour du visage : équilibre dans la juste mesure
Forme ondulée

La forme ondulée permet de passer en souplesse d’une attitude donnée (ouverture) à une attitude contraire (prise de recul) en fonction des circonstances.

La forme ondulée de la ligne de contour permet de passer de l'ouverture à la fermeture
Zazie

Mode relationnel avec le milieu de vie :

  • Sociabilité élective, adaptation adéquate, nuance
  • Mesure, pondération, diplomatie
  • Réflexion, attitude juste

La forme rétractée bossuée : passion

La ligne de contour dessine des sinuosités accusées, faites de creux profonds et de bosses saillantes.

La forme rétractée bossuée de la ligne de contour : passion
adaptation contour visage morphopsychologiques
Forme bossuée

L’adaptation à la vie se fait sur un mode conflictuel.
Le frein et l’accélérateur sont difficiles à contrôler.

L'adaptation à la vie se fait sur un mode conflictuel
adaptation contour visage morphopsychologiques
Rudolf Noureev

Mode relationnel avec le milieu de vie :

  • Tensions intérieures, manque de souplesse d’adaptation
  • Exigence envers soi et les autres, intransigeance
  • Réactions imprévisibles, humeur changeante
  • Besoin de passion pour vivre, investissement total
  • Relations très sélectives

Le modelé interne

Le modelé interne est déterminé par la consistance des chairs, qui délimitent la ligne de contour.

Il s’agit du tissu  épithélial (peau), du tissu conjonctif et muscle (derme) et des os.   

Les os modèlent les traits de manière durable alors que les parties molles modèlent les traits du visage de manière variable dans le temps. 

La surface du visage est une zone mouvante où s’inscrivent  toute les altérations du tonus

Selon le degré de tonicité, la force intérieure corrige ou subit, la pression extérieure

Le degré de tonicité du modelé interne, indique la manière dont les contacts s’établissent avec l’extérieur (en émission). 

C’est le modelé interne qui détermine, la capacité de “FAIRE” et permet à la personne de réaliser ce qu’elle a décidé.

On oppose le modelé tonique (=activité/vitalité)
au modelé atone (=réceptivité/passivité).

Le modelé tonique

(morphologie exceptionnelle à l’état pur)

La tonicité s’installe dans les zones du visage qui correspondent aux domaines où la personne a le plus de plaisir à fonctionner, où la vie l’intéresse.

La tonicité fait des visages dont l’ossature, en relief, est recouverte de chairs fermes. La peau semble tendue, comme liftée.

Le modelé tonique : grande vitalité
adaptation contour visage morphopsychologiques
Alyssa Milano

Les zones qui entourent les yeux, le nez et la bouche sont marquées de fermeté. 

Les organes des sens du visage,  se tiennent à l’horizontal et parfois même leur extrémité remonte au dehors (commissure des lèvres, ailes narinaires, “yeux de chat” et ligne des sourcils).

Les lèvres se tiennent bien closes, fermement pressées l’une contre l’autre.

Caractéristiques comportementales du modelé tonique :

  • réalise, exécute, passe à l’acte
  • grande vitalité
  • vivacité, élan et dynamisme

Trop de tonicité (quand les signes décrits plus haut sont exagérés :

  • empêche l’individu de se poser
  • fatigue l’entourage et s’épuise lui-même
  • lui enlève tout pouvoir d’écoute, de patience, de réceptivité

Les grands actifs (cadre court + modelé tonique) veulent agir sur l’extérieur, sur les personnes, les choses et les évènements.
Ils recherchent le pouvoir sous toutes ses formes

Le modelé atone

(morphologie exceptionnelle à l’état pur)

L’atonie (la réceptivité) s’installe dans les zones du visage qui correspondent aux domainesla personne ressent le plus facilement les effets de la fatigue.
Là où son intérêt perd en dynamisme où la personne fait le moins d’effort.

L’atonie fait des visages dont l’ossature estompée, est recouverte de chairs molles qui cèdent sous leur poids. La peau, affaissée, forme des plis.

Modelé atone la personne subit
adaptation contour visage morphopsychologiques
Valérie Lemercier

Les zones voisines des organes des sens les tirent vers le bas.
La bouche est molle et reste parfois entrouverte. Les commissures de lèvres sont tombantes, les yeux tombent au dehors, les paupières supétieures chutent et le nez est plongeant. 

Caractéristiques comportementales du modelé atone :

  • peu favorable aux réalisations, réceptivité
  • influençable ne résiste pas aux pressions de l’extérieur
  • recherche la tranquilité, le rêve, la nature

L’atonie légère (quelques éléments présents dans le visage)

Lorsqu’elle reste harmonieuse l’atonie apporte plus de douceur que de faiblesse.
De réelles qualité de coeur et d’intelligence sont révélées.
L’atonie légère est source de compréhension, d’écoute, d’empathie et de patience.
L’atonie est favorable à l’expression artistique.

Trop d’atonie (quand les signes décrits plus haut sont exagérés) 

L’excès d’atonie laisse la place à la démission devant l’obstacle, à la dépendance et au laisser aller.

Comme je l’ai indiqué au début de l’article, le modelé interne s’interprète indépendamment du cadre et de la ligne de contour (modelé externe)

La forme du modelé interne 

Forme épaisse et charnue

L’épaisseur des chairs c’est de la dilatation.
Les tissus sont tendres et fragiles (sujets aux blessures de tous ordres).

Forme épaisse et charnu du modelé : sociabilité souple et chaleureuse
adaptation contour visage morphopsychologiques
L.Di Caprio

La forme épaisse et charnue indique :

  • une recherche de contacts
  • une sociabilité souple et chaleureuse
  • de la perméabilité au monde extérieur (autant la joie que la souffrance) donc une certaine vulnérabilité
  • une hyposensibilité perceptive (le passage entre l’extérieur et le ressenti est lent). Les signaux d’alarme sont tardifs.
  • un rythme d’action est lent

Forme fine et mince

La finesse des chairs c’est de la rétraction.
Les tissus sont resserrés et fins, comme tendus sur le cadre du visage.

Forme fine et mince du modelé : sélectivité
adaptation contour visage morphopsychologiques
Meryl Streep

La forme fine et mince indique :

  • une tendance à limiter les contacts
  • de la sélectivité
  • une hypersensibilité perceptive (la structure est tout de suite touchée)
  • une hypervigilance

Me voici arrivée au terme de ce long article.
J’espère que  ceux d’entre vous qui découvrent la morphopsycologie commencent à devenir “accros” 😉
Je souhaite que ceux qui la pratiquent ou l’apprennent y trouvent des compléments d’information qui leur seront utiles.

Donnez-moi votre avis en remplissant le formulaire de commentaire
ci- dessous et en attendant,

Soyez vous-même et cultivez la différence !

@+ Isabelle

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

One thought on “L’adaptation : signes morphopsychologiques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *