Morphopsychologie et relation de couple

Morphopsychologie et relation de couple

Comprendre l’évolution de la relation

Morphopsychologie et relation de couple

L’article d’aujourd’hui ” Morphopsychologie et relation de couple”, vous emmène dans l’univers des couples.
Et quand je dis couple, c’est au sens large : couple d’amis, couple marital, couple professionnel et duo de tout genre.

Vous allez comprendre en quoi le concours de la morphopsychologie est précieux dans la  compréhension de la “mécanique” du couple. 

Je vais vous expliquer comment s’y prend le morphopsychologue, pour aider les partenaires à comprendre l’évolution de leur relation.

Ainsi qu’il soit en formation, en difficulté ou en phase de dissolution, le couple dispose d’un outil précieux pour passer un cap. 

Pour comprendre certains mécanismes inconscients qui jouent un rôle essentiel dans la relation, vous aurez besoin de quelques éclairages de la psychanalyse. J’ai prévu une approche “light”.

Mon article est volontairement centré sur l’opposition tranchée des types extrêmes à forte dominance (l’Extraverti et l’Introverti).
Il me semble, en effet que les choses sont plus faciles à comprendre quand on “grossit le trait”.

Sachez que dans la réalité les personnalités que l’on croisent sont plus complexes et leur adaptation est plus souple. 

Gardez donc à l’esprit que les morphologies extrêmes se rencontrent exceptionnellement  à l’état pur. 

Extraverti – Introverti, le couple antagoniste

Les caractères diamétralement opposés de l’Extraverti (Dilaté) et de l’Introverti (Rétracté) en font des ennemis.
On parle d’antagonisme des types contraires.
Ils sont beaucoup trop différents pour pouvoir s’entendre, se comprendre ou s’accorder.

Quand ils se rencontrent, il y a conflit car ils se trouvent mutuellement insupportables. 

Lorsqu’ils s’expriment  l’un sur l’autre, le discours est éloquent :

L’Extraverti parlant de L’Introverti :

Non mais pour qui il se prend celui là ! Toujours là à critiquer les autres et à les regarder de haut. Il n’est jamais content, je ne sais même pas s’il sait sourire. Dès qu’il n’est pas d’accord, il n’adresse plus la parole à personne. Voilà, c’est ça son truc, se retrancher dans le silence.

Il ne fait aucun effort pour s’intégrer, c’est un inadapté. Son dada, c’est penser, analyser et réfléchir pendant des heures. N’empêche que ses raisonnements sont complètement arbitraires.

Ah ça pour se plaindre et ruminer ses malheurs, y a du monde. Sans compter qu’il est rancunier et mesquin….

L’introverti parlant de l’Extraverti

Aucune discrétion, c’est insupportable !  On l’entend s’esclaffer depuis le coin de la rue. Toujours là à vous taper dans le dos et à vous empoigner pour vous donner l’accolade.
Il est à tu et à toi avec tout le monde sans discernement ni aucune mesure.
Et  avec ça, toujours content de son sort !

Un vantard, ça pour raconter des histoires, il est doué. Avec lui c’est le dernier qui a parlé qui a raison, il n’a aucune idée personnelle, il suit le troupeau !

Et puis il veut tout avoir et surtout, tout montrer : la bonne table, la bonne chair et l’argent. Il passe son temps à faire étalage de tout, de son opulence, de ses sentiments, de ses opinions.
Il fait tout pour esquiver les conflits, aucun amour propre. Et puis il est grossier et sans-gêne… 

Autant vous dire l’estime qu’ils se portent ! 🙁

Pourtant leur rencontre ne débouche pas obligatoirement sur une “bataille rangée”, car les extrêmes s’attirent.

Ils fonctionnent comme des aimants qui s’attirent et se repoussent.

Les extrêmes s’attirent

Dans les couples, les extrêmes s'attirent

Vous pouvez le vérifier facilement en regardant autour de vous et dans votre entourage.

Vous constaterez presque toujours qu’un fonceur fonctionne au mieux avec un partenaire qui actionne le frein, la tête brûlée s’accorde avec une personne raisonnable et réfléchie. Quant à celui qui s’extériorise sans réserve, il  ira de paire avec un partenaire réservé et discret.

Pourquoi,  se choisissent-ils alors que tout les oppose ?

A la base du choix du partenaire : une fascination inconsciente

En réalité ils ne se choisissent pas consciemment.
C’est là que la psychanalyse nous éclaire. 

Carl Jung montre que la tendance dominante d’un individu (extraversion ou introversion) est consciente et guide à la fois sa vie et son comportement.
En revanche, la tendance contraire est refoulée dans l’inconscient.

Par exemple, un introverti a conscience de la tendance dominante de son caractère et il se comporte comme tel.

Inconsciemment, cependant, il refoule la tendance d’extraversion qu’il a en lui.

Chez les Dilatés, consciemment extravertis, il y a refoulement dans l’inconscient de toute la vie personnelle, subjective, tandis qu’à l’opposé, chez les Rétractés, consciemment introvertis, ce refoulement porte sur la vie extérieure, objective.

Louis Corman

La tendance refoulée exerce une influence

La tendance qui est refoulée,  exerce une influence sur la personnalité.  Ainsi, chacun éprouve une fascination irrationnelle pour sa tendance contraire, qui le trouble et qui génère chez lui une angoisse permanente.

Cette angoisse se rapporte à l’idée de se retrouver dans une situation où il aurait besoin de cette force contraire qu’il a refoulée. 

Par exemple, une personne de type Extraverti qui souffre de dépression a besoin d’intériorisation pour vaincre son mal. Or c’est quelque chose qu’il ne maîtrise pas puisque sa vie est essentiellement dirigée vers l’extérieur. Il va probablement éprouver de l’angoisse, être mal à l’aise et se sentir perdu

La tendance refoulée exerce une influence sur la personnalité

Pour se dégager de cette source d’anxiété et rétablir l’équilibre, l’individu projette sa propre tendance refoulée sur une autre personne

Dans son esprit la personne à qui il attribue sa tendance refoulée, l’assume à sa place.

Comme la vie est bien faite, le caractère de cette personne correspond à l’inconscient qui aspire à se projeter.

Aie ! je vous ai perdu je crois !

En gros, un Extraverti projette sa tendance refoulée (introversion inconsciente) sur un Introverti qui lui même projette la tendance refoulée (extraversion inconsciente) sur l’Extraverti.

C’est cette projection mutuelle des personnalités opposées qui explique qu’elles sont attirées l’une par l’autre.

C’est un peu comme si le partenaire voyait chez l’autre le miroir de son propre inconscient.
OUF !

Complémentarité et antagonisme

Tout ça pour dire que ce mécanisme d’attraction joue un rôle très important dans la construction du couple

De nombreux couples fonctionnent à la complémentarité.

Complémentarité ???!!

Ce qui détermine le choix du partenaire,  ce sont nos manques et nos besoins.
Et moins un besoin est satisfait, plus il a tendance à  se manifester.

Chacun va chercher chez l’autre ce qui lui fait défaut.

Dans le couple complémentaire chacun va chercher chez l'autre ce qui lui fait défaut

Patrice Ras l’explique très bien :

En réalité on choisit par rapport à nos manques, par rapport à nos besoins. C’est ça qui nous plait chez l’autre, c’est ce qu’on n’a pas, ce qu’on n’a plus, ce qu’on n’a pas développé ou ce qu’on n’a peut-être pas reçu.

Patrice RAS

Antagonismes : l’attraction mutuelle ne suffit pas à éviter les conflits

C’est bien là que le bât blesse car, sur le plan conscient, chez chacun des partenaires, les antagonismes sont toujours bien présents !
Rappelez-vous de quelle façon ils jugent leur “double opposé”.

La vie commune est alors chaotique, secouée de sentiments contraires, d’attraction et de répulsion.

Les incompatibilités de fond et l’impossibilité de se comprendre génèrent des situations conflictuelles qui finissent par avoir raison du couple.

Ces discordances peuvent parfois avoir des conséquences assez dramatiques, notamment lorsqu’elles interviennent dans les relations sexuelles.
En effet lorsque qu’une personne de type Introverti (Rétracté) n’est pas prête*, elle peut ressentir l’acte sexuel comme une intrusion. 

Louis Corman parle alors ”d’une véritable hostilité des corps” qui peut dégénérer en une haine profonde contre le partenaire.
Cette haine qui ne s’extériorise pas , s’amplifie et se concentre, provoquant une tension intérieure très forte qui peut d’un coup porter au pire.

*Une caractéristique des Introvertis, c’est que leurs instincts ne peuvent s’épanouir que dans des circonstances particulières.

Les types Mixtes chez qui l’extraversion et l’introversion sont en relatif équilibre ont pour caractéristique d’intégrer dans leur personnalité consciente leur tendance antagoniste. 

Chez eux il n’y a pas refoulement  de la tendance contraire, ni projection au dehors.

Les conflits incessants engendrent la rupture

Passé l'irrésistible attirance le couple entre en conflit, c'est la rupture

Passée l’irrésistible attirance de leurs tempéraments opposés, qu’advient-il de notre couple ? 

Pendant un temps (plus ou moins long) leurs caractères se complètent. Chacun comble inconsciemment les carences de l’autre ou satisfait son besoin… 
Et puis à un moment donné, l’exagération de leur comportement respectif les entraîne inexorablement vers la rupture. 

Ainsi, par exemple, un idéaliste, va devenir encore plus rêveur et s’éloigner encore plus de la réalité . Son conjoint pragmatique et logique va être de plus en plus terre à terre et intéressé par le monde matériel.

Leurs propres lacunes leur deviennent insupportables !

Par projection, ils en viennent à se jeter à la figure, leur propre tendance  refoulée. 

Par la rupture ils pensent en quelque sorte reconquérir leur indépendance.

Si l’article s’arrêtait là, j’aurais probablement démoralisé tout le monde et on me jetterait des cailloux, dans la rue !

Mais plutôt que de conclure que les conflits ont raison de la plupart des couples “complémentaires”,  (même si c’est un constat) je préfère vous dire que ce n’est pas une fatalité. 

Comment la morphopsychologie vient à la rescousse des couples

Comment la morphopsychologie vient à l'aide des couples

La communication est au coeur de la relation de couple

Rappelez vous : la morphopsychologie est un outil qui vous permet de mieux vous comprendre,  de mieux comprendre les autres et d’améliorer votre communication.

Or la communication est au coeur de la relation de couple.

Ainsi, même si on n’est pas maître de son “Inconscient” , pour autant, la prise de conscience permet d’influencer le cours des événements.

Le portrait de couple

Les deux partenaires prennent rendez-vous ensemble pour une séance avec un professionnel de la morphopsychologie.
[Je précise qu’il ne s’agit pas d’un psychologue].

Les raisons pour lesquelles un couple fait la démarche sont multiples.

Certains couples sont au début de leur relation et veulent avoir les atouts en main pour construire une relation épanouissante et durable.
D’autres, au contraire sont au bord de la rupture et veulent se donner une dernière chance.
Enfin certains sont fraîchement séparés et cherchent à comprendre pourquoi alors que d’autres viennent chercher de l’aide pour passer un cap difficile.

Quelles que soient leur motivations, la méthode reste la même.

Au cours de l’entretien le morphopsychologue dresse le portrait de chacun des partenaire en présence de l’autre.

C’est comme un tir croisé.
Chacun des deux prend conscience de sa propre nature tout en découvrant celle de l’autre.
Le couple voit sa relation sous un angle nouveau.

C’est presque comme une deuxième première rencontre.

En effet, chacun découvre les forces et les limites de son partenaire et aussi les manques sur lesquels il s’est construit.
Ils touchent du doigt les fragilités de l’autre, car le voile se lève sur l’existence de blessures insoupçonnées.

Grâce à la morphopsychologie, chacun porte sur l'autre un regard plus indulgent

Ils découvrent leurs besoins inconscients et celui de leur conjoint, ou ami.

Voilà qu’ils ont en main  les clefs pour comprendre leurs propres méprises.
Ce que l’un prenait pour un manque d’attention ou de confiance de la part de l’autre n’était en réalité que l’expression de ses limites.

Tout s’éclaire.

Grâce à la morphopsychologie chacun porte sur l’autre et sur lui même, un regard plus indulgent.

Ils prennent conscience que personne ne peut changer sa nature profonde, ni lutter contre un besoin. 
Pour certains c’est une révélation.

La méthode 

Les traits de caractère de chacun des partenaires vont être mis en regard de ceux de l’autre.
Il ne s’agit pas de déterminer ce qui est bien ou mal ni qui a tort ou raison.
Il s’agit de mettre en avant les ressources dont chacun dispose pour franchir les obstacles ou tout s’implement s’épanouir d’avantage.

Quelles sont les caractéristiques qu’un des deux possède et qui manque à l’autre ?
Est-ce de l’extraversion ? ou un manque de sélectivité ? Peut-être de réceptivité ? De tonicité….
Si, au contraire les caractéristiques sont identiques cela signifie qu’ils se comprennent.
Sinon existe-t-il des éléments qui compensent ?

A mesure que le portrait progresse, le morphopsychologue formule ce qu’il constate et explique les incidences sur la relation. Chacun participe au dialogue et apporte sa pierre à l’édifice.

Il détermine le besoin qui est satisfait par le partenaire.
La nature du besoin est-elle la même ? Ce besoin est-il puissant ? Qualitatif ? Gourmand ou sélectif. ?…

S’il y a des tendances antagonistes il cherche à déterminer comment se vit l’opposition. 

La méthode morphopsychologique permet de mettre en avant les ressources du couple

Ensuite il établit un rapport entre activité (tonicité) et réceptivité (atonie) puis  entre dynamisme (rétraction latérale) et contrôle (rétraction frontale).
Par exemple : la rencontre d’un tempérament très zen qui a une grande réceptivité avec un hyperdynamique sera-t-elle enrichissante ou perturbante ?

Enfin il analyse les correspondances qui peuvent exister dans les trois domaines de vie : penser, aimer, agir.

Partant de là les points de fragilité du couple sont identifiés.  

Forts de leurs atouts révélés, ils sont armés pour venir à bout de leurs difficultés
Le duo repart généralement regonflé à bloc, à la fois plus fort et plus léger. 

La recette du couple qui fonctionne

L’ingrédient principal est  l’Amour ce qui implique un certain degré d’ouverture à l’autre.

Si on considère le couple comme un tout,  pour trouver l’équilibre, il est nécessaire qu’il soit harmonieux.
C’est à dire que rien ne soit excessif ou perturbant. 

Les différences modérées sont enrichissantes, mais ne doivent pas atteindre le stade de  la franche opposition. Une trop grande complémentarité n’est pas non plus souhaitable (relation narcissique).

Pour une bonne entente il est nécessaire que chaque partenaire du couple possède des traits de caractère commun

L’idéal est une complémentarité moyenne où chacun possède un peu des caractéristiques de l’autre. Ainsi ils peuvent se comprendre et s’accorder.

Enfin il est nécessaire, pour une bonne entente, que les partenaires aient des traits de caractères communs dans au moins un des trois domaines de vie : la pensée, les sentiments et les instincts.

Me voici arrivée au terme de cet article, j’espère qu’il vous a plu, surpris peut-être ?

Partagez vos réflexion en complétant le formulaire de commentaires.

Pour illustrer cet article je publierai, dans les prochaines semaines deux études de cas portant sur la relation de couple.

En attendant, 

Soyez vous-mêmes et cultivez la différence !

@+Isabelle
Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

4 thoughts on “Morphopsychologie et relation de couple

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *