Comment la morphopsychologie a changé ma vie

Comment la morphopsychologie a changé ma vie

Dans le dernier article, j’ai publié mon portrait et je vous ai parlé des répercussions qui suivent la séance morphopsychologique. Aujourd’hui, comme promis je vous raconte comment la Morphopsychologie a changé ma vie.

La morphopsychologie m’a beaucoup appris

Je vous propose de partager quelques unes des découvertes qui m’ont permis de mieux comprendre mes agissements et mes réactions. 

Je vous ferai également part de la manière dont j’adapte, au quotidien, mon mode de vie pour qu’il soit en accord avec ma personnalité.

comment la morphopsychologie a changé ma vie
Illustration : Pete Linforth

Parce que c’est ça l’idée, se servir de la prise de conscience qui suit le portrait pour faire des choix éclairés

Toutes les connaissances acquises au cours d’un portrait morphopsychologique permettent  de choisir ce qui est le mieux pour soi. 
Le meilleur endroit pour habiter, le job le plus intéressant, les relations les plus épanouissantes, les activités les plus ludiques etc…

Tout arrive quand on est prêt, c’est une question de timing

Il est possible de choisir de mener une vie épanouie plutôt que d’en rêver.  Néanmoins, optimiser sa vie dans tous les domaines, prend du temps.

Photo : Engin Akyurt

Ayez à l’esprit que le changement ne fonctionne pas comme un interrupteur.

Ces choix, aussi éclairés soient-ils,  ne se décident pas d’un claquement de doigts  le lendemain de votre rendez vous chez le morphopsychologue. 

Les circonstances du moment ne sont pas forcément propices au changement. Vous vous rendez compte que les contraintes d’hier ne sont pas “raccord” avec vos exigences d’aujourd’hui !
Ce n’est pas grave, tout arrive à son heure.

Le plus important c’est de réaliser que vous êtes l’artisan de votre destinée.

Ce que j’ai découvert grâce à la morphopsychologie.

comment la morphopsychologie a changé ma vie
Illustration : Mohamed Hassan1

Pour commencer, il ne faut pas se mentir : le portrait ne m’a pas fait pas découvrir une parfaite inconnue. 

En revanche, comme j’ai déjà eu l’occasion de le dire, la morphopsychologie a mis des mots sur des ressentis que je ne savais pas définir
Au moment où le morphopsychologue fait une synthèse de la personnalité et formule ces ressentis, tout s’éclaire. 

Vous vous dites “mais c’est exactement ça !!! Comment peut-il savoir ?”. 

La morphopsychologie met des mots sur des ressentis

Avoir face à soi quelqu’un qui vous comprend parfaitement, sans être impliqué affectivement est une impression indescriptible
Être compris tel que vous êtes, sans projection, ni sous entendus , c’est juste ÉNORME.

Les propos du morphopsychologue sont justes et objectifs, ce qui leur donnent énormément de crédit.

Premier portrait : la découverte

La première fois qu’une morphopsychologue fait mon portrait, je suis une formation de conseil en image.
Je n’ai trouvé que ce moyen temporaire pour échapper à une situation inextricable de harcèlement moral au travail.
Pendant cette formation nous avons la possibilité de choisir des modules optionnels. Je choisis la morphopsychologie dont j’ignore l’existence et la fonction

Illustration : Mohamed Hassan

Au cours de ces deux jours la formatrice, Vanda Garnier   fait un portrait express de chaque stagiaire.
Tous se reconnaissent,  moi la  première.

Elle détecte que je viens de lâcher prise par rapport à une situation difficile que je traverse. 
Elle détermine que mon moteur de vie est le relationnel et explique :
“si on t’attaque par ce côté tu es terrassée”. 

C’est exactement ce que je vous expliquais plus haut, concernant l’importance de la formulation.
“T-e-r-r-a-s-s-é-e” : le mot qu’elle a choisi traduit très exactement mon état du moment. 

Ensuite elle évoque comment le rejet est vécu par quelqu’un en expansion affective : “si tu te sens rejetée c’est une catastrophe”.
Elle ne peut pas le savoir, mais cette phrase est le reflet de mon vécu. 
Je suis en effet bannie par le collectif de travail.
Dans l’open space où je travaille je suis mise à l’écart comme une bête malade.

Je réalise la puissance de la morphopsychologie

C’est le deuxième jour que je prends vraiment conscience de la puissance de cet outil précieux.
Alors que Vanda énumère les caractéristiques morphologiques du visage d’un profil- type, je pâlis. 

En effet,  sans le savoir, c’est  le visage de mon harceleur qu’elle est en train de décrire. 

Elle explique que ce type de morphologie correspond à des personnes qui ont un désir d’emprise sur les choses, les gens et les événements.
Ils manquent de contrôle sur leur instinct d’agressivité et  peuvent commettre des actes de violence

Je viens de comprendre pourquoi mon instinct me dit que je suis en danger. Je me sens à la fois soulagée et effrayée
Soulagée, car ma parole ne peut pas être mise en doute. Ça me conforte dans l’idée que je ne suis ni folle, ni parano.
Je suis  effrayée, car, maintenant, je sais qu’il peut passer à l’acte.

Il y a une correspondance entre les étages du visages et les zones du corps

La morphopsychologie m’a aussi fait comprendre pourquoi pendant des années j’ai eu tant de problèmes de santé localisés sur le bas du corps. Des lumbagos à répétition, une double hernie discale, des entorses aux chevilles, un genou blessé dans une chute et un pied cassé.

Illustration : Mohamed Hassan

L’étage cérébral correspond au haut du corps, l’étage Affectif au milieu du corps et l’étage Physique au bas du corps.

Or, la morphopsychologie nous apprend qu’en cas d’attaque de la zone en expansion (le moteur de vie), les symptômes apparaissent dans la zone en rétraction (la moins importante en taille et la plus vulnérable).

Chez moi, l’étage en expansion est l’Affectif et l’étage en rétraction est l’étage Physique.
Les maux localisés dans le bas du corps étaient symptomatiques des coups répétés portés à l’Affectif.

Qu’est-ce que ça change ?

Dans les faits rien, c’est vrai, puisqu’on ne peut pas revenir en arrière.
Tout ce que je peux dire c’est que c’est un enseignement, une expérience qui m’a fait comprendre un schéma susceptible de se reproduire.

J’imagine que si, à ce moment là, j’avais connu la morphopsychologie, ces symptômes auraient attiré mon attention bien avant d’atteindre les extrêmes. Je n’aurais pas eu à supporter ces douleurs physiques qui se sont ajoutées à la souffrance morale.

Je découvre qu’un même trait de caractère a deux facettes

Quand on réfléchit et qu’on discute avec les spécialistes de la personnalité on s’aperçoit qu’un défaut c’est la contre partie négative ou excessive d’une qualité”. Patrice Ras

Illustration : John Hain

J’ai le sens du devoir et des responsabilités. Je tiens ma parole et je respecte mes engagements.

A priori, je pensais que ce n’était qu’une qualité. Pourtant, il arrive qu’elle se retourne contre moi.
En effet, certaines personnes, connaissant ce trait de caractère, sont portées à en abuser.
Je me retrouve parfois dans des situations difficiles à tenir car je me sens prisonnière de l’engagement.

En fonction des circonstances, le sens du devoir et respecter ses engagements peut avoir les effets négatifs d’un défaut.

Alors comment faire ?
Et bien grâce à la prise de conscience,  je décide que si les circonstances l’exigent, je m’autoriserais à reprendre ma parole ou ne pas respecter un engagement.

Je croyais également qu’être perméable aux joies et aux peines des autres était une qualité. Or,  mon portrait morphopsychologique démontre que le fait de m’imprégner inconsciemment de tout ce qui m’entoure me rend vulnérable.

comment la morphopsychologie a changé ma vie
Illustration : Gert Altmann

En effet je n’ai pas la faculté “réflexe” de me fermer aux ambiances, aux pensées ou aux personnes négatives.

Aujourd’hui, que je connais ce point de vulnérabilité, je me soustrais aux influences négatives par la volonté. 
Ainsi, par exemple il m’arrive de quitter un endroit hostile et j’évite les personnes nocives.
En un mot,  je me ferme à tout ce qui peut me nuire.

“Connais toi, toi-même”

Cette citation attribuée à Socrate nous engage à savoir qui nous sommes vraiment. Parfois nous pensons le savoir…

Illustration : John Hain

La morphopsychologie m’a ouvert les yeux sur un sentiment latent d’insatisfaction que j’éprouve sur le plan relationnel. Je suis souvent déçue. Le portrait m’a fait comprendre que ce sentiment était la résultante d’une tendance que j’ai à idéaliser la relation.
En projetant sur l’autre une image idéale, je multiplie les chances d’être déçue.

Je n’avais pas conscience de cet aspect de ma personnalité, mais quand je fais un retour sur moi, c’est parfaitement exact.
Maintenant que je le sais, je m’efforce d’en tenir compte, ce qui n’est pas toujours évident !

J’ai aussi été très surprise que mon portrait révèle qu’en toute chose je garde une juste mesure de que je fais preuve de diplomatie. 
L’image que j’avais de moi était plutôt celle d’une personne “cash”, qui dit les choses sans détours, limite excessive.

Mais, ce n’est pas moi ! Quand j’y réfléchis je me rends compte que je passe mon temps à arrondir les angles.
Je dis, certes,  toujours ce que je pense, mais j’y mets  les formes ; on peut être direct tout en étant diplomate.

Je pourrais encore écrire 10 pages sans effort, tant la morphopsychologie m’a fait découvrir de choses.  Mais pour l’heure je vais me contenter de lister ce qui a changé pour moi depuis qu’elle est entrée dans ma vie

Ce qui a changé dans ma vie 

La morphopsychologie m’a donné un autre angle de vue.
Jour après jour j’essaie d’adapter mes exigences à celles des circonstances de la vie.

La première chose qui a changé pour moi, c’est ma rencontre avec la morphopsychologie. D’ailleurs aujourd’hui elle est au centre de mon activité professionnelle.

Mais voyons plutôt ce qui a changé, domaine par domaine :

Lieu de vie

J’ai quitté la région parisienne pour venir habiter dans un village de moins de 2000 habitants dans le Loiret.
Mon besoin d’être au contact avec la nature et tout ce qui vit, est comblé.

comment la morphopsychologie a changé ma vie

Mode de vie


Je vis volontairement à l’écart du monde.  Mes contacts sont choisis et non imposés par la nécessité.
Je vis à mon rythme. Je suis davantage tournée vers ma vie intérieure, j’agis pour trouver l’harmonie.

J’utilise mon énergie, pour moi, d’abord, et s’il m’en reste je la dépense pour les personnes qui le méritent. 

Je suis à l’écoute de mon intuition et je vais vers ce qui m’appelle.
J’ai identifié tous les bénéfices que je peux tirer de la réceptivité dont je suis dotée.

Activité professionnelle

Après m’être formée au métier de conseillère en image, j’ai  signé une rupture conventionnelle avec mon employeur.
Dans la foulée, j’ai créé un cabinet de conseil en communication en micro entreprise
En parallèle j’ai suivi le cursus de Morphopsychologie à l’école fondée par le Dr Louis Corman.

Comme vous vous en doutez, mon entreprise n’a pas décollé. D’abord parce que je n’ai pas su comment m’y prendre, ensuite car je venais d’emménager et je ne connaissais pas “le terrain”. Sans compter que l’épisode du harcèlement avait réduit mon réseau à “peau de chagrin”

Je me suis rendue compte que j’avais besoin d’un “format” qui me corresponde. Je l’ai trouvé dans l’infoprenariat et j’ai investi dans une formation de blogging professionnel.
J’ai créé deux blogs, celui-ci et https://le-pouvoir-des-dessins.com  afin de vivre la vie de mes rêves. 

comment la morphopsychologie a changé ma vie

Environnement de travail

Je travaille chez moi en toute autonomie. Je me lève sans réveil, je ne prends pas les transports et je suis délivrée de la loi de subordination.

Mon activité est adossée à mes passions et mes talents : la morphopsychologie, le dessin et l’écriture

Je choisis mon public, des personnes, qui, comme vous  partagent mes centres d’intérêt.
Je travaille énormément car je ne vis pas encore de mes blogs.

Loisirs

C’est tout l’intérêt de faire des choix éclairés : ce que j’aime faire est le coeur de mon activité professionnelle.

Vie sociale

Je hiérarchise mes relations et je ne côtoie que des personnes triées sur le volet, je ne m’impose personne.
Mon besoin d’échanges et de partages est qualitatif.

Quand tout est aligné c’est formidable

Je respecte ma nature profonde, j’accepte mes limites et je compose avec. 

A mes yeux, seule ma réalité compte : ce que me renvoie l’extérieur n’a pas prise sur moi.

Je suis plus indulgente avec les autres, car je comprends leur fonctionnement et leurs limites. 

En écrivant cet article, je mesure le chemin que j’ai parcouru.

En tout cas, j’espère que je vous ai donné l’envie de vous intéresser encore un peu plus à la morphopsychologie.

Laissez un commentaire en complétant le formulaire, j’ai hâte de connaître vos impressions.

En attendant, 

Soyez vous-même et cultivez la différence

@+ Isabelle 

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

7 thoughts on “Comment la morphopsychologie a changé ma vie

  1. Bonjour Isabelle,
    Merci pour cet article très profond et personnel.
    Je découvre la morphopsychologie avec votre blog. Je ne connaissais pas du tout !
    Excellente journée,
    Paul

    1. Bonjour,
      Merci pour ce commentaire. C’est vrai que j’ai hésité avant de prendre mon exemple mais le côté témoignage est très important à mon sens. La morphopsychologie est d’une aide incroyable dans beaucoup de domaines. J’espère que vous continuerez à me lire. J’ai été visité connectthedots.fr j’ai bien aimé aussi. @+ Isabelle

  2. Bravo Isabelle, quel parcours depuis notre formation ! Tu étais déjà fort sage, mais qu’est ce que tu as grandi !!!
    Merci pour tes superbes articles qui reboostent et permettent à tous de connaître les pouvoirs de la lecture d’un visage, toujours dans la bienveillance et dans le but de suivre sa route en rebondissant sur les embûches pour les mettre à profit.

  3. Super Isabelle, je suis tellement content que tu ais trouvé ta place !
    Au plaisir de te revoir pour que tu puisses me former 😉
    bises

  4. Merci Isabelle pour cet article poignant ! Tu te livres, c’est honnête et courageux de ta part… Au final, si tu n’avais pas vécu le harcèlement dont tu parles au début de ton article, peut-être n’aurais tu pas “accroché” avec la morphopsychologie… Il faut malgré tout essayer de voir du bien même dans les pires épreuves de la vie 🙂🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *